Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/02/2008

L'Auberge du mas de Daumet, un sacré caractère cévenol

5439a7af83601b7d492cdc902878833a.jpgL'auberge est perchée au sommet d'une colline, sur la route qui relie Sumène à Saint-Martial. Nous sommes ici au coeur de l'immense massif cévenol, aux formes variées et multiples. L'Auberge du mas de Daumet est plantée là, sur la gauche de la petite route, sur un terre-plein volé à la sinuosité de la montagne. C'est ici, au milieu des collines escarpées, que Nadine et Yves Martorana ont choisi d'aménager une ancienne bergerie en une auberge campagnarde et montagnarde. Entourée de cultures d'oignons, la bâtisse offre une vue imprenable sur le Rieutord, un petit cours d'eau qui termine sa course aux portes de Ganges.

3fde4f58aff6aa465ec61c46de272999.jpgDes recettes sorties de vieux livres de cuisine. Yves (en cuisine) et Nadine (en salle) forment un couple qui a choisi de donner ses lettres de noblesse au terroir et à ses dérivés culinaires. On imagine leurs petits plats mijotant dans de vieilles marmites au-dessus du feu de cheminée. Mais le rêve s'arrête là et la gazinière remplace la cheminée. Qu'on se rassure, les spécialités sont bien là, sorties de vieux livres de cuisine. Le coustillou dresse la liste des décors de l'assiette. Il s'agit en fait d'une recette à base de travers de porc cuisiné au vin blanc, avec des oignons, de l'ail et des tomates fraîches. La carbonade de boeuf, quant à elle, est préparée au vin rouge et s'accompagne d'un gratin d'artichauts et de pommes au four.

Du poulet au pélardon et à la graisse d'oie. Le reste, c'est du classique. A l'image de la tarte aux oignons, de la tarte aux champignons, du magret de canard à la sauce au poivre, du lapin aux pruneaux, du gigot braisé, de l'émincé de poulet à la moutarde ancienne, des cuisses de canard confites, du veau aux olives ou encore du poulet cévenol (qui est cuisiné à base de graisse d'oie, de pélardon et d'oignons). Enfin, selon l'inspiration de son chef, l'auberge nous propose ses plats du jour... dans le même esprit.

 
Karim MAOUDJ
Photos Cwiosna CABANE

Auberge du mas de Daumet, village, Saint-Martial. 04 67 81 35 98. Ouvert les vendredis et samedis ainsi que les dimanches midis. Menus 12 € et 17 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

15:21 Publié dans Saint Martial | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : Terroir

12/11/2007

L'Auberge cévenole fête le gibier d'automne à Valleraugue

6e701f434bbdf8d5ce47ce2659a9d7ba.jpgC'est une vieille bâtisse, posée au bord de la route, en montant vers le mont Aigoual. Depuis une bonne quinzaine d'années, Monique et Gérard Crueize ont transformé cette ancienne magnanerie en une traditionnelle Auberge cévenole. L'atmosphère qui s'en dégage rappelle un peu ces grands chalets de montagne, tapissés de pierres apparentes, que réchauffe un généreux feu de cheminée. Et pour peu que la pluie et le brouillard s'en mêlent, on a, à l'arrivée, une table douillette, ambassadrice du plaisir de la bonne chère. Les jours de beau soleil, en revanche, il est agréable de prendre place dans la salle dotée d'une grande baie vitrée, qui surplombe ce qui n'est encore qu'une petite rivière baptisée L'Hérault. La vue y est magnifique, faisant du repas un moment d'autant plus savoureux.
 
a41e42dc035494a47c2e6de144b86f22.jpgSauté de chevreuil aux marrons. Bien sûr, à l'Auberge cévenole, les amateurs de cèpes, de girolles, de bolets, de tripoux, de charcuterie, de pieds de cochon, de confit de canard ou encore d'aligot seront comblés. Mais le restaurant se distingue aussi grâce aux recettes maison de Monique Crueize (aux fourneaux) qui jongle avec les gibiers de saison. A l'affiche, les deux stars du moment : le sauté de chevreuil aux marrons et la daube de sanglier. Dans quelques semaines, au début du mois de décembre, la chef ajoutera à la carte le perdreau préparé en cocotte, avec de l'ail et du genièvre.

Hampe de boeuf aux cèpes. Les saisons défilent et l'Auberge cévenole reste fidèle aux recettes de tradition qui ont fait son succès et attiré les gastronomes sensibles aux saveurs du terroir local. Ces derniers peuvent aussi délaisser le fameux gibier pour goûter à un excellent tournedos Rossini ou encore une hampe de boeuf aux cèpes. Avant, pourquoi pas, le plaisir d'une balade dans la forêt toute proche, pour y respirer l'air frais des Cévennes.

Karim MAOUDJ
Photos : Cwiosna CABANE

Auberge cévenole, La Pénarié, route de l'Aigoual, Valleraugue (Gard). 04 67 82 25 17. Fermé lundi soir et mardi. Formule midi 12 €. Menus 16 €, 22 € et 27 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

18:47 Publié dans Valleraugue | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Terroir

28/09/2007

A Vergèze, les goûteuses viandes a la plancha de Côté Patio


medium_ML36-_Page_1_Image_0002.jpgLa cuisine maison de Guy. Voilà une table familiale au coeur de Vergèze. Dans la rue du Temple, Anne-Lyse et Guy Ferrandis ont créé en une année, une table selon leurs voeux, chaleureuse, appétissante et bien sûr agrémentée d'un petit patio –abrité de canisses en été– très prisé. Dans la jolie salle claire aux murs en pierres apparentes, on remarque dès l'entrée, derrière le comptoir, le superbe four à bois, l'outil de travail de Guy. Né dans une famille de maraîcher, Guy cultive un amour particulier pour ses racines espagnoles. Ainsi il vous préparera à la demande une paella digne de ce nom.

medium_ML36-_Page_1_Image_0001.jpgPizzaïolo. Pourtant en créant Côté Patio, il s'est quasiment mis à la pizza du jour au lendemain. Avec quelques atouts bien sûr. La passion de cuisiner, simple et goûteux, en ajoutant ses propres ingrédients. Outre une petite formule déjeuner, le chef propose à l'ardoise de copieuses salades-repas, des pizzas, à la pâte légère et croustillantes et des viandes a la plancha, magret entier et entrecôte. Côté pizzas cuites au feu de bois, on retrouve les classiques comme la margherita, mais aussi les inédites comme la pizza biquette (5 fromages et miel) ou la Phénoménale, un calzone (chausson) cuit avec un faux-filet de boeuf et accompagné d'une sauce. Gros succès.

Le magret du chef. Mais c'est avec son magret entier que Guy Ferrandis régale ses convives. Il est poêlé, ail, poivre et sel ou bien nature accompagné d'une véritable sauce, roquefort ou poivre. Enfin, le magret du chef, spécialité maison, est servi avec une inédite sauce au miel, où vous trouverez en sus, fleur d'oranger, cointreau et une base de vin rosé du vignoble local de la Voie d'Héraklès... Sans oublier le verre de muscat en prime. Et voilà le bonheur presque dans l'assiette, servi par Anne-Lyse, dans le patio fleuri. Anne-Lyse qui vous comblera au dessert avec sa mousse au chocolat, sa tarte au kiwi ou son trio gourmand.

Christophe BIDJARANO
Photos Florent GARDIN

Restaurant Côté Patio, 52 rue du Temple, Vergèze. 04.66.53.36.62. Fermé le mercredi. Formule midi 11,90€. Spécialités à la carte 9€ à 18€.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires". 

16:50 Publié dans Vergèze | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Terroir

26/04/2007

Les saveurs d'antan à l'Auberge de Tourres, à Pompignan

medium_auberge_1.jpg

Une cuisine de terroir et de marché. En venant de Montpellier et après avoir traversé Saint-Mathieu- de-Tréviers, la route grimpe vers le plateau inhospitalier mais superbe de la montagne du Causse. La route départementale 17 serpente, après avoir quitté Valflaunès, en direction de Pompignan. Au bout de ce plateau, avant de découvrir la partie gardoise, la crête de Taillade nous offre un magnifique point de vue sur toute la vallée en contrebas, un paysage au premier plan duquel se trouve le discret et charmant village de Pompignan. On suit durant quelques kilomètres la direction de Saint-Hippolyte-du-Fort puis on quitte la route un moment pour bifurquer, à droite, vers le hameau de Tourres. C'est ici, au coeur de ce petit pâté de maisons faites de grosses pierres grises, que l'on peut enfin découvrir notre Auberge de Tourres.

medium_auberge_2.jpgDans l'ancienne bergerie familiale. La route jusqu'à l'auberge peut ressembler à une expédition à l'heure du déjeuner. Mais c'est une bien agréable balade, surtout en cette période printannière le long d'un trajet qui offre de superbes paysages et points de vue. Quant à l'auberge, elle nous invite à un joli plongeon dans la cuisine traditionnelle de terroir, la cuisine d'antan, avec quelques touches personnelles signées par Carole Fallet. C'est elle qui a eu l'excellente idée de créer cette tablée, en 2000, dans l'ancienne bergerie familiale.

Cabri avec sa purée au pélardon. La cuisine de Carole Fallet est préparée à partir des produits trouvés sur le marché de Saint-Hippolyte-du-Fort. Selon les jours et les sauisons, elle vous proposera des caillettes aux herbes ou du poulet aux écrevisses, du cabri avec sa purée au pélardon ou une terrine de lapin, de l'agneau aux fruits secs ou un soufflé glacé à la châtaigne ou des fraises au thym et au vin, tandis que des accents méditerranéens se dégagent de courgettes farcies à la farce maigre. Et si tout cela vous plaît, Carole se fera même un plaisir de vous donner la recette.

Karim MAOUDJ
Photos: Christophe FORTIN

Auberge de Tourres, hameau de Tourres, Pompignan. 04.66.77.76.57. Tous les jours, sauf mercredi. L'été, tous les soirs. Menu 18€. La réservation est obligatoire.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

14:50 Publié dans Pompignan | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Terroir

17/04/2007

Remontez le temps à Pézenas à la table des Marronniers

medium_marrons_1.2.jpg

Du bouchon lyonnais au bar à tapas. C'est un lieu qui rappelle une autre époque. Une autre cuisine, celle de la bonne gastronomie française avec ses saveurs. A Pézenas, le restaurant Les Marronniers nous fait remonter le temps. Mais pas seulement. On remonte aussi la Vallée du Rhône, pour caresser ce que la cuisine lyonnaise a de plus typique dans ses bistrots. On descend aussi. Vers les Pyrénées, en suivant l'autoroute A9, vers cette Espagne qui a donné tant de clichés à nos bars à tapas méridionaux. En créant Les Marronniers, en juin 2000, Daniel Vaudon a tout simplement voulu jouer aux épicuriens. Jusqu'au bout des ongles. Et si la cave à cigares, qui trône dans l'une des deux salles à manger, est vide, c'est pour mieux la remplir l'été venu, lorsque le client amateur de bons havanes pourra se délecter de leurs volutes à l'extérieur, sur la terrasse. Sous de hauts... marronniers.

medium_marrons_2.jpgL'ancienne demeure de Jean Bène. L'endroit donne tout son cachet au restaurant. La maison, qui a été bâtie vers la fin des années 1880, est l'ancienne demeure de Jean Bène qui fut député-maire de Pézenas et président du conseil général. Plantée sur la grande route principale qui traverse Pézenas, la demeure dévoile discrètement toute sa majesté. Le repas devient alors un moment de voyage dans le temps. Vers une autre époque. Aux Marronniers, le midi, on fait place nette à la cuisine traditionnelle : tête de veau ravigote, poêlon de ris de veau et rognons, pieds de porc ravigote, tripes, ou encore les petits carrés d'agneau de lait.

Entre tapas et plancha. Le soir, on change d'ambiance. C'est l'Espagne avec sa célèbre plancha. Une vingtaine de tapas ornent l'ardoise : soubressade grillée et son oeuf, brochettes de coeurs de canard, les couteaux persillés et les piquillos farcis. Sans oublier les viandes et poissons à la plancha. Ni les vins "coups de coeur" des vignerons du coin. Quand on vous le dit: épicurien, ce Daniel!

Karim MAOUDJ
Photos: Cwiosna CABANE

Les Marronniers, 6 avenue de Verdun, Pézenas. 04.67.90.13.80. Fermé tous les dimanches et les lundis. Ticket moyen 25€.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

14:55 Publié dans Pézenas | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : Terroir, Tapas