Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/11/2007

La Salicorne offre sa palette de saveurs

0ced125a67d80348e830fd781c708352.jpgL'invitation au voyage culinaire et le mariage heureux des saveurs d'ici et d'ailleurs, c'est au coeur d'Aigues- Mortes que vous les trouverez. C'est une adresse cosy dans un écrin minéral et boisé, imaginée par Jean-Claude et Lydie Achard. Leur restaurant La Salicorne est adossé à l'église Notre-Dame-des- Sablons. Mais le divin, sans péché d'orgueil, se trouve ici dans l'assiette.

dd7475551c1434479df16033be086007.jpgLe goût de l'artisanat. Jean-Claude, passionné impénitent, fana de voyages, possède la gouaille des gens heureux et le savoir-faire de l'artisan. Un savoir-faire qu'il aime transmettre, secondé en cuisine par Lorette. Côté salle, Lydie nous délivre toujours avec élégance et sincérité les surprises gourmandes du chef. Car Jean-Claude ne laisse jamais reposer son imaginaire dans les placards. Rigoureux, voire perfectionniste, il aime le bon et le beau. Sa cuisine respecte cette idée. Avec la mise en bouche (mini- tièles et poivrons marinés), Lydie offre l'apéritif provençal de son Vaucluse natal (vin rosé, alcool de pêche, abricot). Place ensuite à la dégustation. Ici, pas de menus, mais une carte du mois aux mille saveurs.

Un festival gustatif. Pour commencer, on peut choisir les blinis de maïs et coeurs d'artichauts croquants, le croustillant de caviar d'aubergine et sa sucette de parmesan, l'escalope de foie gras aux figues caramélisées et pignons de pin... Côté mer, on savoure avec un égal appétit, la poêlée de Saint-Jacques à la citronnelle, le dos de turbot grillé et beurre de pistache au pistil de safran, la plancha de gambas géantes, crème d'ail à la coriandre. Côté terre, un magret de canard laqué au gingembre et au miel, un mignon d'agneau à l'ail confit au sirop d'érable, ou encore un désossé de pigeonneau en caramel d'épices et noix de cajou. La cave à vins régionale de La Salicorne accompagne parfaitement tous ces mets. Jusqu'aux douceurs. Tentez donc la tulipe d'ananas rôti au vieux rhum et mojito glacé...

 
Christophe BIDJARANO
Photos Alexis BETHUNE

La Salicorne, 9 rue Alsace-Lorraine, Aigues-Mortes (Gard). 04 66 53 62 67. Ouvert le soir (sauf mardi) et le dimanche midi. Ticket moyen à la carte compris entre 50 € et 60 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

18:00 Publié dans Aigues-Mortes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Semi-gastro

16/11/2007

À Montpellier, l'Isadora affole nos papilles avec raffinement

e2d4bcf9e8e2767f67bd9bf2c1e60271.jpgC'est une vieille table de l'Écusson montpelliérain qui retrouve une seconde jeunesse. Aménagé dans une ancienne cave à charbons, le restaurant Isadora a vu le jour il y a longtemps et bâti son image sur une cuisine gastronomique au raffinement certain. Mais l'établissement a subi les affres de l'asphyxie financière, avant de fermer ses portes, voici quelques mois. C'est Franck Lefèvre (ancien du Bec Fin, à côté de l'Hôtel de région) qui vient de lui redonner une nouvelle vie. La discrète adresse, proche de la rue Foch, entame ainsi un nouveau et savoureux chapitre. Bon point : l'Isadora nouvelle version a conservé, outre le nom, une vraie qualité gastronomique.

078797204a5f8e71d938735efa65592d.jpgUn jeune chef au parcours singulier. Le nouveau patron s'est attaché les services d'un jeune chef au talent incontestable, Chams-Eddine Souhekal qui possède des origines moyen-orientales, une longue expérience scandinave et un sacré parcours. Une singularité que l'on retrouve dans sa cuisine faite de fraîcheur et de contrastes. Chams sort des sentiers balisés et laisse s'exprimer son talen avec générosité. En entrée, déjà, le gâteau de pommes de terre aux truffes, accompagné d'une crème de châtaignes aux airelles et chanterelles confites, éveille toutes les curiosités. Mais le risotto de homard avec son jus de veau à la citronnelle est aussi particulièrement tentant...

Suprême de pigeon et macaronis au foie gras. La suite du repas se joue entre les noix de Saint- Jacques poêlées au raisin blanc truffé sur son jarret de porc, une variation autour de l'agneau en selle et samousas d'épaule confite avec sa mousseline d'artichauts violets, les langoustines et ravioles de foie gras en nage forestière ou encore le suprême de pigeon avec ses macaronis farcis au foie gras et sauce abats, parfumé au thé à la menthe. Souvent, les associations sont inattendues et réveillent les papilles. En attendant le pavé de chocolat à la rhubarbe.

 
Karim MAOUDJ
Photos : Cwiosna CABANE

Isadora, 6 rue du Petit-Scel, Montpellier (Écusson). 04 67 55 66 66. Ouvert du lundi au vendredi, le midi ; du mardi au samedi, le soir. Formule 17 €. Menus 22 € à 53 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

02/11/2007

À Palavas, savourez un terroir raffiné au Saint-Georges

0b3de96f76d808047210cc3e5cbc98c8.jpgInstallé à Palavas- les-Flots, le restaurant Le Saint-Georges se plaît à prendre le contre-pied de la spécialité locale : la table de poissons et de fruits de mer. De cela, il n'en est rien. Ou presque. Car si la mer reste présente à la carte, ce n'est pas comme ailleurs. Le Saint-Georges de Nathalie et Gérard Rival se distingue par sa formulation gastronomique. Le restaurant est bien une table de terroir, agrémentée d'un raffinement certain. Et si la cuisine de Gérard Rival est « d'intuition », le résultat rappelle quelques bonnes vieilles recettes, version semi-gastronomique du chef en plus.

3dc3b7084e79edb7559f53f314a237fe.jpgTournedos de boeuf aux girolles. On relève par exemple la présence, à la carte, d'une macaronade. Celle de Gérard Rival nous est concoctée avec du homard. Même chose pour le tagine, préparé à la lotte, avec l'incontournable touche orientale : une semoule « méditerranéenne », en guise d'accompagnement. Le tournedos de boeuf, quant à lui, est associé aux girolles, tandis que la rumeur d'un arrivage de cèpes distille son parfum automnal. Les suggestions du jour sont immédiatement accordées aux couleurs du précieux produits. Car le chef aime beaucoup les champignons. Comme dans ce risotto aux champignons qui complète la petite cassolette de queues de langoustes. Et puisque le tout sent bon la terre, ajoutons encore que le foie gras est maison.

Porcelet cuit à basse température. L'intuition de Gérard Rival l'amène aussi à quelques orientations inédites. Il présente notamment à ses hôtes un velouté de crabe vert (celui que l'on trouve dans les rochers de Palavas), une verrine de saumon aux herbes et aux lentilles, ou encore un carré de porcelet cuit à basse température, avec toujours le fameux riz en risotto. Fort d'une clientèle essentiellement locale voire régionale, Le Saint- Georges reste ouvert toute l'année. De quoi donc s'assurer la fidélité de ses nombreux habitués.

Karim MAOUDJ
Photos : Cwiosna CABANE

 

Le Saint-Georges, 4 boulevard du Maréchal-Foch, Palavas-les-Flots. 04 67 68 31 38. Fermé samedi midi, dimanche soir et lundi. Menus de 17,90 € à 31 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

19/10/2007

À Gignac, un jeune chef de 25 ans prend la succession de Capion

medium_ML37-_Page_1_Image_0001.jpgIl n'a que 25 ans et s'impose déjà un sacré défi. Matthieu de Lauzun, un jeune Lodévois passé par les cuisines de Michel Bras, à Laguiole, se lance dans l'aventure en solitaire, sur le difficile créneau de la cuisine gastronomique. Accompagné par Anne-Laure, il vient de reprendre la prestigieuse table Capion, à Gignac, dans une succession qui sonne comme un coup de poker. Mais Matthieu de Lauzun a du culot et du talent.
Sa cuisine présente un certain classicisme tout en osant explorer de nouveaux chemins culinaires. Il met en valeur le produit avec sobriété. S'il propose les fameuses croquettes de volaille comme un clin d'oeil à l'histoire du lieu, il joue sans complexe avec les produits : pièce de boeuf charolais au poêlon avec gnocchis de pomme de terre, suprême de volaille fermière avec son risotto crémeux au chorizo, velouté de lentilles vertes à la crème de citron vert.

Restaurant de Lauzun, 3 bd de l'Esplanade, Gignac. 04 67 57 50 83. Formule 20 €. Menus 37,50 € et 50 €. Fermé mercredi et jeudi midi.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

18:26 Publié dans Gignac | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : Semi-gastro

15/10/2007

Le Michelangelo dessine un autre goût de l'Italie à Montpellier

medium_ML44_Page_1_Image_0002.jpgIl y a bien plusieurs manières d'envisager la cuisine italienne. Il y a la façon "gros sabots", version grand public et gros appétits. Et puis il y a la façon tout en finesse et en délicates saveurs. Dans cette catégorie, à Montpellier, on connaissait déjà Le Verdi, une adresse incontournable qui offre un regard subtil sur la gastronomie transalpine. Depuis maintenant deux ans, il y a également le Michelangelo, une discrète table installée dans le quartier des Arceaux, qui propose une carte de qualité, associant les grands classiques et une vision différente des arts de la table.

medium_ML44_Page_1_Image_0001.jpgUne carte basée sur des produits frais. Originaires de Menton, Laurent Cosme (le chef en cuisine) et Véronique Verrando savent de quoi ils parlent lorsqu'ils évoquent la cuisine italienne et commentent leur carte. On n'est certes pas forcé de les croire, mais le contenu des assiettes est révélateur. Laurent Cosme compose une carte « du moment », basée sur des produits frais et sur des produits bio « à 90 % ». Nous ne reviendrons pas, là encore, sur la preuve par le goût. Non, mieux vaut balayer des yeux (et du palais) ces quelques plats qui témoignent d'une véritable volonté de qualité. On s'arrêtera notamment sur le risotto de petits légumes au magret fumé, les linguine aux palourdes, les fusilli casericci au ragoût tomaté et aux saucisses, les orecchiette au homard et au piment d'Espelette, ou encore les cannellonis au veau, aux épinards et au parmesan.

Un décor d'inspiration vénitienne. Dans un cadre un rien kitsch, sous les regards de deux reproductions de fresques de Michel-Ange et dans un décor d'inspiration vénitienne, on passe un agréable moment latin. Loin des sentiers battus, mais proche de l'humilité gastronomique, tout cela n'ira peut-être, pour certains, pas chercher bien loin. Mais ce "pas bien loin" là vaut son pesant de saveurs et de plaisirs. Il serait dommage de s'en priver. 

 Karim MAOUDJ
Photos : Cwiosna CABANE

Restaurant Michelangelo, 25 rue Hippolyte, Montpellier (Arceaux). 04 67 29 94 73. Ouvert tous les jours sauf dimanche soir. Ticket moyen entre 30 € et 35 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".