Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/08/2007

A Carnon, le Lamparo exalte les saveurs de la Méditerranée depuis 1994

medium_01.7.jpgPoissons frais et tapas en tout genre. Sur le port de Carnon, on le connaît sous le nom de "Bosco". Jean-Georges Sciacchitano (c'est son vrai nom) promène sa silhouette le long de la terrasse de son restaurant Le Lamparo, qui domine le canal du port. Enfin "silhouette": il faudrait plutôt parler de carrure. Celle d'un ancien rugbyman qui a gardé intacte sa passion pour le ballon ovale, presque toute sa vie. Une vie qui l'a vu rebondir de Bagnols-sur-Cèze au quai ouest de Carnon, en 1994, lorsqu'il y crée le Lamparo. Ayant des origines italiennes, il choisit tout naturellement d'orienter sa cuisine vers la mer. Vers la mer et exclusivement vers elle. Ici, pas de viande! Des tapas en guise d'entrée. Avec Sophie derrière les fourneaux, Bosco a imaginé une carte où les tapas et les poissons sont à la fête. medium_02.6.jpgLes tapas apparaissent comme des entrées. Les saveurs sont méditerranéennes: beignets de courgettes, beignets de morue, couteaux de mer à la plancha, pan con tomate, jols en friture, calamars frits, pour ne citer que les principaux. Des tapas, que l'on peut aussi prendre en assiettes variées, représentent la moitié de la carte. L'autre moitié est donc constituée par les poissons. «Tous des produits de la pêche en mer, l'élevage, connais pas», insiste Bosco. D'ailleurs, le rituel maison veut que tous les poissons du jour soient présentés (et commentés) sur un plateau pour aider le client à mieux faire son choix.

Encornets farcis façon Napoli. Quant aux spécialités, elles sentent bon la simplicité: de la morue en friture ou à la portugaise, avec une sauce tomate, des pommes de terre et des poivrons, des encornets farcis à la façon napolitaine, avec de la ricotta, du basilic et de la sauce tomate, les moules farcies à la sétoise, un classique de la région, et les sépias à la plancha. De sa formation de pâtissière, Sophie a conservé l'art délicat de la fabrication de la tarte au citron meringuée et du tiramisu maison.

Karim MAOUDJ
Photos: Judy JANUARIUS

Le Lamparo, 27 rue Samuel-Bassager, Carnon ouest. 04.67.50.30.60. Ouvert tous les jours, midi et soir. Formule du midi à 13,50€. A la carte, ticket moyen à 30€ environ. 

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

16:25 Publié dans Carnon | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : Poisson

02/08/2007

A Bouzigues, le Saint-Julien met la mer dans les assiettes en toute discrétion

medium_01.8.jpgPoissons grillés et tapas. A Bouzigues, ce n'est certainement pas l'adresse la plus connue. Et pour cause, le Saint-Julien aménagé dans un ancien garage, légèrement en retrait des grands axes et plus particulièrement du front d'étang, n'a que cinq ans d'existence. De plus, le Saint-Julien fait preuve, à l'image de ses créateurs, Christine et Jacques Granier, d'une étonnante discrétion. Sauf que discrétion n'est pas forcément synonyme de transparence. Bien au contraire, la cuisine élaborée par le chef Jean-Marie de San Mateo affiche d'excellentes prétentions. Des prétentions, certes là encore d'une grande sobriété, mais témoignant de réelles ambitions culinaires pour satisfaire tous ceux qui se délectent des produits de la mer et de l'étang dans leur expression la plus simple.

medium_02.7.jpgTapas maison en entrée. Le court séjour chez Christine et Jacques Granier débute par une sorte de rituel: les tapas maison en guise d'entrée. Une des meilleures façons de goûter aux saveurs diverses de ces petites portions, c'est de prendre (à plusieurs) l'assiette dégustation, avec escargots de mer, salade de poulpe, anchois marinés, brochettes de moules panées et crevettes. On peut également opter pour les clovisses persillées ou les aubergines grillées au fromage de chèvre.

La macaronade aux cigales. Pour le reste, rien ne vaut le poisson grillé, tout simplement. Dorade, espadon, thon ou sole délivrent ainsi leur subtil arôme. Si l'on cherche un peu plus de sophistication, il y a les spécialités du Saint- Julien: seiche à la sétoise, bourride de lotte, poêlée de l'étang aux tagliatelles (avec de la seiche, de la lotte, des moules, des clovisses et des crevettes). Mais le top du top, la grande spécialité du chef, c'est la macaronade aux cigales. Attention: pour la savourer, il faut en passer commande vingt-quatre heures avant. Ce sera sans regret et toujours pour le bonheur du palais...

Karim MAOUDJ
Photos: J. JANUARIUS

Le Saint-Julien, 2 place du Vieux-Port, Bouzigues. 04.67.53.27.70. Fermé lundi et mardi midi. Formules midi à 14€ et 18€. Menu à 28€. Menu enfant à 10€.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

04/07/2007

A Sète, Chez François cultive les saveurs simples de la mer

medium_a1.2.jpgUne adresse discrète mais authentique. Il y a, comme ça, des restaurants qui collent à l'image d'une ville comme des arapèdes. C'est un peu le cas du restaurant Chez François, à Sète, situé au bout du Cadre royal, là où les jouteurs jouent leur partition de gladiateurs durant les fêtes de la Saint-Louis. Si cette adresse n'est pas à proprement parler (soyons francs) celle à laquelle on pense en premier lieu, elle a, sans aucun doute, tous les contours d'un excellent moment. Un petit coin de terrasse charmant et sans prétention, une façade étroite et discrète, au milieu de plusieurs autres établissements. De quoi vous faire passer au registre des pertes et profits. Pourtant, dans le domaine des poissons et des coquillages, ici préparés dans leur plus grande simplicité, Chez François est sans doute l'un des meilleurs de la place. Certes, nous ne sommes pas là dans la gastronomie. Mais pour qui aime s'asseoir et déguster sans façon, c'est bien l'adresse idéale.

medium_a2.4.jpgLe poisson est frit ou grillé, simplement. Producteur à Port-Loupian, sur l'étang de Thau, depuis plusieurs générations, François propose ses propres coquillages. Pour le poisson, il n'en fait pas tout un plat. Il est, la plupart du temps, frit. Ou alors grillé, comme les sardines, les seiches ou la brochette de baudroie. Les spécialités, elles, sont véritablement maison : seiche farcie, spaghettis aux moules farcies ou encore spaghettis aux anchois. En accompagnement aussi, des spaghettis à l'ail, légèrement relevé d'un piment de Cayenne.

Un moment d'évasion en terrasse. Depuis déjà vingt-trois ans, François s'est attaché à faire évoluer l'ancien étal familial, de la vente de coquillages jusqu'à une table respectable. Il y a dans sa démarche du typiquement sétois, sans excès, ni exagération aucune. Face au canal, le repas en terrasse offre un vrai moment d'évasion dans la turbulence de l'île. Surtout durant la saison estivale. Super!

Karim MAOUDJ
Photos: Christophe FORTIN

Chez François, 8 quai du Général- Durand, Sète. 04.67.74.59.69. Ouvert tous les jours, midi et soir, sauf le mardi. Menu unique 15€.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

14:20 Publié dans Sète | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : Poisson

02/07/2007

Entre Terre et Mer marie deux univers culinaires à Lodève

Une table à l'écart du centre. Entre Terre et Mer: le nom sied à merveille à ce restaurant, planté sur les bords de la Lergue, à l'écart de l'agitation du centre-ville de Lodève. Terre et Mer, une sorte de résumé d'une table qui, dans l'arrière- pays, se veut, en quelque sorte, un lien entre le littoral et ses spécialités d'un côté, la garrigue, la montagne et leurs terroirs de l'autre. Breton d'origine, Franck Assenard s'est fondu dans un concept qui a l'avantage de jouer sur ces deux tableaux, en prenant soin de ne jamais tomber dans la caricature.

medium_a1.4.jpgUne cuisine très personnelle. Après avoir traîné sa silhouette un peu partout depuis une vingtaine d'années, Franck Assenard a posé, il y a un an, son baluchon à Lodève. En compagnie de Katia Morganti, il a relancé une adresse pourtant créée récemment. Aujourd'hui, le couple affirme la personnalité de son établissement grâce à une cuisine singulière qui repose sur la tradition, enrobée de raffinement. Nous ne sommes pas dans la gastronomie mais l'on sent bien, derrière la touche de Franck Assenard, une certaine expérience en la matière. Pour les amateurs de bonne chair, il propose, sur commande, quelques beaux plats de notre région, comme la bouillabaisse, le homard, la bourride, la macaronade et la seiche à la rouille. Et il s'en éloigne un peu -mais pas très loin- lorsqu'il affiche la grande spécialité tunisienne: le couscous aux poissons.

Farci aux écrevisses et filet de truite. La carte, elle, offre tous les goûts. De la terre à la mer... On est surpris par ce tartare de moules sur son lit de doucette. Plus classique, on peut citer la salade de gésiers confits et sa tartine de chèvre. Et puis, il y a cette fricassée de gambas flambées au cognac et son risotto de crevettes. Plus près de Lodève, la truite du tout proche Mas de Mérou est cuisinée en filet et farcie aux écrevisses. Du terroir, le chef livre une croustade de ris de veau à l'ancienne. Entre Terre et Mer, une table qui fait le lien.

Karim MAOUDJ
Photos: Christophe FORTIN

Entre Terre et Mer, 4 avenue Paul-Teisserenc, Lodève. 04.67.96.01.98. Fermé les mardis et les mercredis midis. Menus à 18€ et 25€. Enfants 6€.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

15:20 Publié dans Lodève | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : Poisson

31/05/2007

Chez Fabrice, une institution bien ancrée à La Grande-Motte

medium_430_low.jpg
Poissons et coquillages en vedette. Dans une station de La Grande-Motte qui s'est cherché une identité depuis sa création, à la seconde moitié des années 1960, le restaurant Chez Fabrice est celui qui a traversé les ans sans succomber aux tentations des modes. Créé à la fin de la décennie 1970 par Fabrice, une grande figure locale, l'établissement a résisté au temps et gardé son esprit d'origine. A savoir une adresse reprenant alors un concept en vogue à Paris, celui des grandes brasseries avec ses larges étals de coquillages et autres fruits de mer. Si les étals ont, depuis, disparu, l'esprit "brasserie", est toujours aussi vivant. Un rien désuet, certes, mais fidèle à la volonté défendue par Fabrice. Lequel a, depuis, cédé les rênes de l'établissement à Serge Illiano.

medium_15_low.jpgMarmite et pot au feu de la mer. Le restaurant Chez Fabrice, ce sont donc ces spécialités qui, elles aussi, ont traversé le temps: le plateau de fruits de mer Le Grand écailler, la marmite de fruits de mer et coquillages avec une demi-langouste sur un lit de pâtes et de tomates finement coupées, ou encore le pot au feu de la mer Impérial avec de la crème fraîche. A la carte, quelques autres plats singuliers, comme la salade de petits poulpes à la mangue et papaye à l'huile d'olive, les fritures de calamars maison, la parillada royale avec un homard (à 125€ pour deux personnes). Plus classiques, les poissons préparés à la plancha. Et, bouquet final, pour les amoureux, un menu pour un tête-à-tête, royal, avec une bouteille de champagne, à 160 €. Pour deux personnes bien sûr.

Une déco un rien kitsch et rococo. C'est dans ce cadre un peu décalé, avec sa déco un rien kitsch et rococo, loin des lignes actuelles sobres et épurées, que l'on consacre son séjour Chez Fabrice. Nous sommes bien à La Grande-Motte et ici, dans ce petit coin de port, le monde n'a guère changé. Fabrice reste une image, son ancien restaurant une institution.

Karim MAOUDJ
Photos: Cristophe FORTIN

Restaurant Chez Fabrice, 49 quai d'Honneur, La Grande-Motte. 04.67.56.75.93. Ouvert tous les jours. Formules 12,50€ et 18€. Menus 29€ et 160€ (pour deux).

Cliquez ici pour localiser le restaurant.
 
Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".