Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/04/2007

La Maison, à Balaruc-le-Vieux, une table d'hôtes qui nous prépare sa cuisine du marché

medium_18_low.jpgC'est une grande maison qui tranche dans le coeur du village avec son imposante couleur ocre. Fabienne Polge a transformé une ancienne épicerie, tombée quasiment en ruine, en une maison à l'intérieur d'une étonnante douceur. Entièrement rénové avec goût, le lieu offre une généreuse convivialité. Le principe de la table d'hôtes étant ce qu'il est, l'unique menu est à l'inspiration de la maîtresse de maison. On peut lui laisser carte blanche mais aussi lui donner son avis sur le menu concocté. Ceci, bien sûr, lors de la réservation, obligatoire. La cuisine est du marché: tartares de poissons, sushis, papillote de poisson aux citrons et tomates confits, ou encore un gigot d'agneau caramélisé aux épices avec son risotto aux asperges. Le soir, Fabienne y propose également une formule d'apéro dînatoire, autour d'un feu de cheminée. Une adresse véritablement singulière et reposante.

La Maison, 3 rue du Presbytère, Balaruc-le-Vieux. 08.72.13.97.43. Menu 25€, apéro dînatoire 30€. Tous les jours, midi et soir.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

16/02/2007

Le Via Pila, une table montpelliéraine originale à découvrir en toute décontraction

medium_via.jpgIl y a quelques mois, Marie-Laure et Richard ont quitté Paris pour s'installer à Montpellier. Un coup de coeur pour le quartier de la rue du Pila-Saint-Gély, dans l'Écusson, et l'affaire est conclue sous la forme d'un restaurant au concept hyper décontracté et original. L'intérieur a des allures de grotte mais la couleur lui apporte une touche terriblement chaleureuse. Derrière ses fourneaux, à la vue de toutes et tous, Richard laisse courir son imagination, au gré des jours. Son concept: «Manger autour d'un verre.»

À table ou sur le comptoir, peu importe réellement. Il développe une cuisine de marché, en toute simplicité, mais non sans authentiques saveurs: bruschettas, pâtes (à la crème de truffe, à la ricotta, à la roquette notamment), émincé de poulet fermier, lasagnes maison. Tout est agencé à la bonne franquette, avec une touche bobo. Et c'est terriblement séduisant.

Via Pila, 2 rue du Pila-Saint-Gély, Montpellier (Écusson). 04.67.60.71.19. Plats de 6€ à 12€. Ouvert tous les jours, midi et soir.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

01/09/2006

A Sète, dans les halles, une table à la cuisine du marché singulière

medium_L_Entonoir.jpg Quoi de mieux que de proposer une cuisine du marché, en allant faire ses courses au gré des stands situés à quelques mètres? C'est le concept de restauration proposé depuis le début de l'été à L'Entonnoir, par Nathalie et Pascal. La première a longtemps fait ses gammes chez les frères Pourcel à Montpellier. Le second propose ses vins, au coeur des halles de Sète, depuis une dizaine d'années. Ils ont créé un lieu singulier où l'on vient déjeuner, quasiment sur le pouce, à la fin de son marché. La carte (ou plutôt l'ardoise) est dictée par les étals. Selon les produits du jour, Nathalie laisse aller son imagination (riche, il faut en convenir). Parmi les plats que l'on retrouve régulièrement : tartare de maquereaux à l'estragon, tagine de volaille au citron, lisette à l'escabèche, ceviche de rascasse, gnocchis frais au beurre de sauge. Une adresse qui constitue véritablement un coup de coeur.
Photo N. L.

L'Entonnoir, les halles, rue Gambetta, Sète. 06.22.72.04.68.Ticket moyen 20€ à 25€. Ouvert les midis du lundi au dimanche.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

15:10 Publié dans Sète | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : Décontracté, Bar à vin

18/08/2006

A Durfort, Le Potager mitonne une cuisine très parfumée

medium_Le_Potager.jpg
Dans une ancienne magnanerie. Cette table est une petite adresse sans façon, installée au bout d'une allée que borde un potager. Sous les pas, le gravier annonce votre arrivée. A Durfort, au pied des Cévennes, le restaurant Le Potager occupe le rez-de-chaussée d'une vieille maison, une ancienne magnanerie. Pendant l'été, la salle aux murs épais est désertée et c'est dans la cour que l'on accueille les clients, répartis autour de tables et chaises dépareillées, posées de manière désordonnée en extérieur. On y prend place au gré des humeurs et des affinités avec la nature et le cadre tellement insolite pour un instant dînatoire.
 
Une véritable cuisine de marché. C'est donc là qu'Agnès et Pauline ont choisi d'ouvrir leur restaurant. Les deux femmes medium_Le_Potager_b.jpgont voulu en faire un lieu à leur image : à la fois simple, ouvert, décontracté et surtout loin des conventions. Au Potager, les enfants jouent entre les tables et on a parfois l'impression d'être les invités du jour. En cuisine, c'est Agnès qui joue les chefs. Elle avait créé, il y a quelques années, Le Plan, une belle adresse de restaurant, non loin de là, à Saint-Hippolyte- du-Fort. Elle reproduit, à Durfort, le même esprit culinaire qui prévalait au Plan: servir une authentique cuisine de marché, travaillée «le plus souvent possible» avec des produits locaux. Mais la touche personnelle d'Agnès, ce sont les épices. Du coup, chaque plat est gorgé de parfums d'une extrême richesse et d'une grande générosité.
 
Le poulet au vert jus. Au Potager, chaque plat est une fête. Qu'il s'agisse de la fricassée d'agneau à l'ail et au basilic ou des rougets à la créole servis dans une feuille de brick avec une sauce à la mangue. Les papilles voyagent entre les poivrons farcis à la brandade de morue, la salade de truites fumées, les moules farcies ou, encore, l'inédit poulet au vert jus, entendez au jus de raisin vert. Sans oublier, pour le dessert, un flan aux cinq épices chinoises que vient adoucir un coulis de miel.
 
Karim MAOUDJ
Photos: Cwiosna CABANE

Le Potager, chemin Neuf, Durfort (Gard). Par Saint-Hippolyte- du-Fort. 04.66.80.36.04. Le soir du mardi au samedi et dimanche midi. Menu 18€. Menu enfant 8€.

CLiquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

11:00 Publié dans Durfort | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : Décontracté

21/07/2006

A Sète, la terrasse du Social est le paradis des brochettes

medium_Le_Social.jpg
Une adresse singulière du quartier Haut. C'est un bar particulier, dans un quartier qui l'est tout autant. Le Social, en plein coeur du quartier Haut, c'est un peu la taverne du village gaulois qui résiste, qui résiste. Avec Pierre Mandagot, le patron des lieux, dans le rôle d'Astérix. Avant d'être à Sète, nous sommes dans ce quartier Haut dont on se gausse tant, sur les bords de la Venise française, d'être le point de départ de toute l'aventure italienne de la cité. Un quartier à la sétoise donc excentrique et volubile, excessif et "grande gueule". Avec, au milieu, cette adresse qui pourrait ressembler à n'importe quel autre restaurant de la ville, mais qui est résolument différente.
 
Sur deux trottoirs, avec la vue sur le large. Jusqu'à il y a une dizaine d'années, Le Social dominait les canaux. Et pas seulement par sa position géographique. Non, Le Social, medium_Le_Social_b.2.jpgc'étaient ces figures sétoises. Dont la plus grande était sans doute François Catarina, un des anciens propriétaires. Et puis, il y a une dizaine d'années, on est passé du comptoir à la table. Du bar à la terrasse. Du pastis à la brochette. Ô, sans façon. Mais comme au Social, rien n'est comme nulle part ailleurs, alors, ces brochettes-là ont une autre saveur. Particulières, comme le lieu, comme le quartier. Pendant toute la belle saison, Le Social s'étale. Il s'installe sur les deux trottoirs de part et d'autre de la rue, au milieu d'une discrète circulation automobile. Et avec vue sur le large.
 
Saveurs sucrées salées ou exotiques. Entre une clientèle un rien bohème, un brin branchée ou tout simplement guindée, Le Social vit sa vie. Ses brochettes se conjuguent à toutes sortes de saveurs : sucrées salées (magret aux figues), inattendues (saucisse au roquefort), plus exotiques (boudin créole), forcément méditerranéennes (saucisse provençale), ou évidemment sétoises (brochette aux sépions). Le tout est accompagné de frites ou de tian de légumes. C'est simple, de saison, mais ô combien dépaysant !
 
Karim MAOUDJ
Photos: Cwiosna CABANE
 
Le Social, 35 rue Villaret-Joyeuse, Sète (quartier Haut). 04.67.74.54.79. Ouvert tous les soirs durant la saison estivale. Brochettes de 3,40€ à 4,50€. Pas de carte bancaire.
 
Cliquez ici pour localiser le restaurant.
 
Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

17:35 Publié dans Sète | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : Décontracté