Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/04/2007

Il Romantico, à Castries: une table italienne qui joue sur un registre authentique

medium_il_romantico.jpgIl y a italien et... italien. Côté restaurants, on trouve dans ce registre un peu de tout. Mais il y a nos coups de coeur. Et justement, c'est à Castries, côté Hérault que l'on trouve ce nouveau venu, au pied du magnifique aqueduc. Il se nomme Il Romantico et il a été créé en fin d'année dernière par Fabio Massimo. Un véritable coup de coeur lui aussi parce que la cuisine de ce Sarde dégage de vraies valeurs. On sort ici du train-train quotidien et on plonge véritablement dans la magie de la gastronomie péninsulaire. Jugez plutôt: gratin de moules à la Sarde, pâtes fraîches sautées, sauce crème avec brocolis et jambon blanc, ou sautées aux langoustines avec des petits coeurs d'artichauts frais, pâtes, toujours aussi fraîches, avec poivrons rouges et tapenade, risotto aux cèpes et pointes d'asperges et pétales de jambon de Parme, escalope de veau panée, poissons.

Il Romantico, 20 avenue de Sommières, Castries. 04.67.50.90.48. Menu découverte 20€. Fermé dimanche soir et lundi.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

15:00 Publié dans Castries | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : Italien, Exotique

26/04/2007

Les saveurs d'antan à l'Auberge de Tourres, à Pompignan

medium_auberge_1.jpg

Une cuisine de terroir et de marché. En venant de Montpellier et après avoir traversé Saint-Mathieu- de-Tréviers, la route grimpe vers le plateau inhospitalier mais superbe de la montagne du Causse. La route départementale 17 serpente, après avoir quitté Valflaunès, en direction de Pompignan. Au bout de ce plateau, avant de découvrir la partie gardoise, la crête de Taillade nous offre un magnifique point de vue sur toute la vallée en contrebas, un paysage au premier plan duquel se trouve le discret et charmant village de Pompignan. On suit durant quelques kilomètres la direction de Saint-Hippolyte-du-Fort puis on quitte la route un moment pour bifurquer, à droite, vers le hameau de Tourres. C'est ici, au coeur de ce petit pâté de maisons faites de grosses pierres grises, que l'on peut enfin découvrir notre Auberge de Tourres.

medium_auberge_2.jpgDans l'ancienne bergerie familiale. La route jusqu'à l'auberge peut ressembler à une expédition à l'heure du déjeuner. Mais c'est une bien agréable balade, surtout en cette période printannière le long d'un trajet qui offre de superbes paysages et points de vue. Quant à l'auberge, elle nous invite à un joli plongeon dans la cuisine traditionnelle de terroir, la cuisine d'antan, avec quelques touches personnelles signées par Carole Fallet. C'est elle qui a eu l'excellente idée de créer cette tablée, en 2000, dans l'ancienne bergerie familiale.

Cabri avec sa purée au pélardon. La cuisine de Carole Fallet est préparée à partir des produits trouvés sur le marché de Saint-Hippolyte-du-Fort. Selon les jours et les sauisons, elle vous proposera des caillettes aux herbes ou du poulet aux écrevisses, du cabri avec sa purée au pélardon ou une terrine de lapin, de l'agneau aux fruits secs ou un soufflé glacé à la châtaigne ou des fraises au thym et au vin, tandis que des accents méditerranéens se dégagent de courgettes farcies à la farce maigre. Et si tout cela vous plaît, Carole se fera même un plaisir de vous donner la recette.

Karim MAOUDJ
Photos: Christophe FORTIN

Auberge de Tourres, hameau de Tourres, Pompignan. 04.66.77.76.57. Tous les jours, sauf mercredi. L'été, tous les soirs. Menu 18€. La réservation est obligatoire.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

14:50 Publié dans Pompignan | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Terroir

25/04/2007

La Maison, à Balaruc-le-Vieux, une table d'hôtes qui nous prépare sa cuisine du marché

medium_18_low.jpgC'est une grande maison qui tranche dans le coeur du village avec son imposante couleur ocre. Fabienne Polge a transformé une ancienne épicerie, tombée quasiment en ruine, en une maison à l'intérieur d'une étonnante douceur. Entièrement rénové avec goût, le lieu offre une généreuse convivialité. Le principe de la table d'hôtes étant ce qu'il est, l'unique menu est à l'inspiration de la maîtresse de maison. On peut lui laisser carte blanche mais aussi lui donner son avis sur le menu concocté. Ceci, bien sûr, lors de la réservation, obligatoire. La cuisine est du marché: tartares de poissons, sushis, papillote de poisson aux citrons et tomates confits, ou encore un gigot d'agneau caramélisé aux épices avec son risotto aux asperges. Le soir, Fabienne y propose également une formule d'apéro dînatoire, autour d'un feu de cheminée. Une adresse véritablement singulière et reposante.

La Maison, 3 rue du Presbytère, Balaruc-le-Vieux. 08.72.13.97.43. Menu 25€, apéro dînatoire 30€. Tous les jours, midi et soir.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

A Marseillan, le Château du port conserve son authenticité

medium_539_low.jpg
Un paysage, un cadre et une cuisine. Sur le port, la bâtisse ressemble à un imposant château. Massif. Le genre de cachet prestigieux, pour un bâtiment qui impose sa majesté, sur le vieux port de Marseillan, classé au registre des Monuments historiques. Au rez-de- chaussée, le restaurant Le Château du port occupe un site privilégié. La table a, depuis toujours, figuré parmi les bonnes adresses de l'étang de Thau. Mais depuis que les frères Pourcel ont eu un gros faible pour ce petit coin d'étang, le restaurant a pris du galon dans les bons guides gastronomiques. L'intelligence des jumeaux est d'avoir gardé intacte l'authenticité du lieu. Côté fourneaux, avec une cuisine qui respecte les traditions locales. Et côté identité propre, puisque c'est Lætitia Chicheportiche, dont les parents sont à l'origine du lieu, qui en assume toujours la gestion au quotidien.

medium_93_low.jpgFace à l'étang et au mont Saint-Clair. Il n'y a pas de secret : les vieux murs n'en prennent que plus de beauté lorsqu'ils ont subi une cure de rajeunissement. Le cadre du Château du port, aussi historique soit-il, est d'une extrême modernité. Agréable. Discret. Subtil. En un mot, très tendance, avec ses couleurs sobres agrémentées de quelques touches chaleureuses. L'été, sur la terrasse aménagée à même le port, la vue sur l'étang et, plus loin, sur Sète et le mont Saint-Clair, est sublime. La soirée s'y écoule, langoureuse.

Terroir de la mer. La mer et l'étang inspirent largement la carte. Calamars aux citrons confits et légumes grillés, tempura de sardines avec sa salade de légumes crus, le cocktail de crabe avec un suprême de pamplemousse et un guacamole d'avocat, rouille de seiche, moules farcies comme à Sète, bourride de lotte comme en Agde, filet de daurade grillé avec ragoût de blé aux calamars: le terroir local est donc représenté généreusement dans l'assiette. Des saveurs d'enfance, signées Jacques et Laurent Pourcel.

Karim MAOUDJ
Photos: Cwiosna CABANE

Le Château du port, 9 quai de la Résistance, vieux port, Marseillan. 04.67.77.31.67. Ouvert tous les jours, fermé mercredi midi. Formule du midi 20€, menu 32€.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

16:40 Publié dans Marseillan | Lien permanent | Commentaires (18) | Tags : Branché

17/04/2007

Remontez le temps à Pézenas à la table des Marronniers

medium_marrons_1.2.jpg

Du bouchon lyonnais au bar à tapas. C'est un lieu qui rappelle une autre époque. Une autre cuisine, celle de la bonne gastronomie française avec ses saveurs. A Pézenas, le restaurant Les Marronniers nous fait remonter le temps. Mais pas seulement. On remonte aussi la Vallée du Rhône, pour caresser ce que la cuisine lyonnaise a de plus typique dans ses bistrots. On descend aussi. Vers les Pyrénées, en suivant l'autoroute A9, vers cette Espagne qui a donné tant de clichés à nos bars à tapas méridionaux. En créant Les Marronniers, en juin 2000, Daniel Vaudon a tout simplement voulu jouer aux épicuriens. Jusqu'au bout des ongles. Et si la cave à cigares, qui trône dans l'une des deux salles à manger, est vide, c'est pour mieux la remplir l'été venu, lorsque le client amateur de bons havanes pourra se délecter de leurs volutes à l'extérieur, sur la terrasse. Sous de hauts... marronniers.

medium_marrons_2.jpgL'ancienne demeure de Jean Bène. L'endroit donne tout son cachet au restaurant. La maison, qui a été bâtie vers la fin des années 1880, est l'ancienne demeure de Jean Bène qui fut député-maire de Pézenas et président du conseil général. Plantée sur la grande route principale qui traverse Pézenas, la demeure dévoile discrètement toute sa majesté. Le repas devient alors un moment de voyage dans le temps. Vers une autre époque. Aux Marronniers, le midi, on fait place nette à la cuisine traditionnelle : tête de veau ravigote, poêlon de ris de veau et rognons, pieds de porc ravigote, tripes, ou encore les petits carrés d'agneau de lait.

Entre tapas et plancha. Le soir, on change d'ambiance. C'est l'Espagne avec sa célèbre plancha. Une vingtaine de tapas ornent l'ardoise : soubressade grillée et son oeuf, brochettes de coeurs de canard, les couteaux persillés et les piquillos farcis. Sans oublier les viandes et poissons à la plancha. Ni les vins "coups de coeur" des vignerons du coin. Quand on vous le dit: épicurien, ce Daniel!

Karim MAOUDJ
Photos: Cwiosna CABANE

Les Marronniers, 6 avenue de Verdun, Pézenas. 04.67.90.13.80. Fermé tous les dimanches et les lundis. Ticket moyen 25€.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

14:55 Publié dans Pézenas | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : Terroir, Tapas