Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/05/2008

La Banane a conquis sa place sous le soleil de Palavas

1e4a4315a981f4ca781fb1bf510f3853.jpgDepuis déjà quelques années, Anita et Robert Baïa Monte avaient quitté leur restaurant Marco Polo, voisin des halles Castellane dans l'Ecusson montpelliérain, pour découvrir de nouveaux horizons professionnels. Il y a deux ans, ils se sont installés à Palavas, sur le front de mer, pour transformer un ancien bar-PMU en restaurant avec une touche de modernité pour le nouveau cadre et un nom qui étonne : La Banane. Le couple se lançait alors dans une toute nouvelle aventure qui allait très vite mobiliser toute leur énergie. C'est ainsi que, petit à petit, mois après mois, La Banane s'est fait une jolie place au soleil des tables les plus méritantes de notre littoral.

a10872896326e7bb8b748ab6ad02cfde.jpgEn effet, l'établissement d'Anita et de Robert a vite gagné ses galons de "petit prince" de la restauration palavasienne. Et derrière une apparente discrétion, La Banane est devenue une table incontournable, une table "coup de coeur"... malgré une addition qui se situe souvent dans la partie supérieure des tickets en vigueur dans ce type de restaurants. Mais il faut le reconnaître aussi, chacun en a pour son argent : les portions servies sont très généreuses.

Premier symbole de cette générosité dans l'assiette, une fameuse parillada de poissons qui joue la star et dont plus d'un mangeur n'est d'ailleurs pas parvenu à bout. Tendres et fondants, les coeurs d'artichauts sautés au kikoman (une sauce à base de soja) sont un régal. Puis, selon l'appétit du jour, on n'a que l'embarras du choix : une poêlée de petits coquillages, un pavé de thon au foie gras et pommes, un bacalao à la portugaise ou un filet de boeuf au foie gras... Mais on peut également opter pour la spécialité de la maison, le couscous aux poissons, vraiment délicieux. Sans oublier un petit fromage, cabécou à l'huile d'olive, pour terminer le repas sur une note de douceur.

 
Karim MAOUDJ
Photos : Cwiosna CABANE

La Banane 37 boulevard Sarrail, Palavas-les-Flots. 04 67 50 73 93. Fermé dimanche soir, lundi et mardi soir. Ticket moyen compris entre 40 € et 45 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

28/04/2008

À Montpellier, Prouhèze Saveurs conjugue terroir et finesse

d944af3c1f63e8e236ca609f046ea5ce.jpgLorsque Guy Prouhèze débarque à Montpellier en novembre 2005, seuls les fins connaisseurs de gastronomie savent qu'il arrive auréolé d'une étoile décrochée en 1982 à la table familiale d'Aumont- Aubrac, en Lozère. Le chef, qui alors "descend de sa campagne", intrigue... Même si, pour les néophytes, il n'est encore qu'un nouveau restaurateur montpelliérain, un de plus. Pourtant, au bout de quelques semaines, Guy Prouhèze met en selle son fils Pierre-Olivier et dévoile sa stratégie.

0642418400d34b64267ef32c75e921e0.jpgLe nouveau Prouhèze Saveurs joue dans la classe des bistrots et des brasseries, avec un atout majeur : un véritable savoir-faire et un certain talent. Résultat : la table de l'avenue de la Pompignane devient vite l'une des meilleures, si ce n'est la meilleure de la ville d'un point de vue rapport qualité / prix. Et comme s'il fallait encore en attester, l'édition 2008 du guide Michelin vient de lui décerner un "Bib gourmand" (la distinction qui consacre précisément un excellent rapport / qualité).

C'est désormais Pierre-Olivier qui officie derrière les fourneaux. Il y conjugue à la fois finesse des mets, l'authenticité du terroir et une délicieuse inspiration gastronomique. Entre la très bonne auberge campagnarde et le raffinement des tables les plus cotées, son coeur balance...

Ainsi, parmi les plats issus de cette cuisine foisonnante, on découvre : le carpaccio de magret de canard à l'huile de noisette, la langue de boeuf à la crème ou encore le très original "Mac foie gras poêlé" et son boudin Galabart sur pain de mie et oignons confits. Aussi à la carte : le pied de cochon farci et désossé et ses pommes de terre rattes, le parmentier d'agneau de l'Aveyron, les rognons de veau cuits au sautoir à la crème de moutarde réduite. On en passe... Que les gourmands, donc, se rassurent : le terroir n'a pas fini de nous étonner et de nous régaler !

 
Karim MAOUDJ
Photos : Cwiosna CABANE

Prouhèze Saveurs, 728 avenue de la Pompignane, Montpellier. 04 67 79 43 34. Lundi au vendredi midi, jeudi au samedi soir. Formule 17 €. Menus 23 € à 31 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

08/02/2008

À Lodève, la cuisine créative de Soleil Bleu illumine le repas

22469838d7f3fa748ae015b94a584fb7.jpgOn y entre comme dans son propre salon. Il y a de jolis bibelots. Beaucoup. Un poêle pour réchauffer l'atmosphère des froides journées d'hiver ; de larges et profonds fauteuils qui invitent à faire une pause ; quelques tables et chaises dépareillées aussi... Ce cadre accueillant, en plein Lodève, est celui de Soleil Bleu. Depuis plus de six ans, cette adresse se distingue au coeur de la cité. Le lieu dénote et séduit par son originalité et par sa convivialité. Car Soleil Bleu est tout à la fois : un restaurant, un salon de thé et une boutique d'artisanat contemporain. Le tout est emmené par une association qui insuffle une forte personnalité à cet endroit singulier, sans doute l'un des plus sympathiques des bords de la Lergue, qui traverse la ville.

6d28ac35b7ba570edc880798618ee50d.jpg Côté gastronomie, au fil du temps, Sylvane Samain et Pierre Villiot ont réussi à donner une véritable identité à leur cuisine en voguant, selon les jours et selon l'inspiration, entre des plats traditionnels personnalisés et des mets plus exotiques avec une prédilection pour les saveurs subtilement épicées de l'Inde. Ne cherchez pas la carte où choisir votre repas : il n'y en a pas ! Rituellement, c'est un simple tableau qui, apposé chaque midi à l'entrée, indique quelles sont les réjouissances du jour : deux plats et deux desserts sont au choix. Oubliez les entrées.

Parmi les plats que Sylvane et Pierre ont l'habitude de proposer, on peut citer un curry du Bengale au poisson, une tatin d'endives braisées aux petits lardons, la blanquette, le pot-au-feu, la daube, le poulet au romarin et à la moutarde ancienne ou encore des tacos mexicains maison. Côté desserts : l'incontournable fondant au chocolat (excellent !) partage l'affiche avec des tartes aux fruits de saison. Toute la créativité du chef repose sur la fraîcheur des produits trouvés, ici et là, sur les étals des commerçants de la rue. A découvrir !

 
Karim MAOUDJ
Photos : Cwiosna CABANE

Soleil Bleu, 39 Grand-rue, Lodève. 04 67 88 09 86. Ouvert du mardi au samedi, seulement le midi. Formules à 11,80 € et 16 €..

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

15:54 Publié dans Lodève | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : Atypique

04/02/2008

L'Auberge du mas de Daumet, un sacré caractère cévenol

5439a7af83601b7d492cdc902878833a.jpgL'auberge est perchée au sommet d'une colline, sur la route qui relie Sumène à Saint-Martial. Nous sommes ici au coeur de l'immense massif cévenol, aux formes variées et multiples. L'Auberge du mas de Daumet est plantée là, sur la gauche de la petite route, sur un terre-plein volé à la sinuosité de la montagne. C'est ici, au milieu des collines escarpées, que Nadine et Yves Martorana ont choisi d'aménager une ancienne bergerie en une auberge campagnarde et montagnarde. Entourée de cultures d'oignons, la bâtisse offre une vue imprenable sur le Rieutord, un petit cours d'eau qui termine sa course aux portes de Ganges.

3fde4f58aff6aa465ec61c46de272999.jpgDes recettes sorties de vieux livres de cuisine. Yves (en cuisine) et Nadine (en salle) forment un couple qui a choisi de donner ses lettres de noblesse au terroir et à ses dérivés culinaires. On imagine leurs petits plats mijotant dans de vieilles marmites au-dessus du feu de cheminée. Mais le rêve s'arrête là et la gazinière remplace la cheminée. Qu'on se rassure, les spécialités sont bien là, sorties de vieux livres de cuisine. Le coustillou dresse la liste des décors de l'assiette. Il s'agit en fait d'une recette à base de travers de porc cuisiné au vin blanc, avec des oignons, de l'ail et des tomates fraîches. La carbonade de boeuf, quant à elle, est préparée au vin rouge et s'accompagne d'un gratin d'artichauts et de pommes au four.

Du poulet au pélardon et à la graisse d'oie. Le reste, c'est du classique. A l'image de la tarte aux oignons, de la tarte aux champignons, du magret de canard à la sauce au poivre, du lapin aux pruneaux, du gigot braisé, de l'émincé de poulet à la moutarde ancienne, des cuisses de canard confites, du veau aux olives ou encore du poulet cévenol (qui est cuisiné à base de graisse d'oie, de pélardon et d'oignons). Enfin, selon l'inspiration de son chef, l'auberge nous propose ses plats du jour... dans le même esprit.

 
Karim MAOUDJ
Photos Cwiosna CABANE

Auberge du mas de Daumet, village, Saint-Martial. 04 67 81 35 98. Ouvert les vendredis et samedis ainsi que les dimanches midis. Menus 12 € et 17 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

15:21 Publié dans Saint Martial | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : Terroir

23/11/2007

La Salicorne offre sa palette de saveurs

0ced125a67d80348e830fd781c708352.jpgL'invitation au voyage culinaire et le mariage heureux des saveurs d'ici et d'ailleurs, c'est au coeur d'Aigues- Mortes que vous les trouverez. C'est une adresse cosy dans un écrin minéral et boisé, imaginée par Jean-Claude et Lydie Achard. Leur restaurant La Salicorne est adossé à l'église Notre-Dame-des- Sablons. Mais le divin, sans péché d'orgueil, se trouve ici dans l'assiette.

dd7475551c1434479df16033be086007.jpgLe goût de l'artisanat. Jean-Claude, passionné impénitent, fana de voyages, possède la gouaille des gens heureux et le savoir-faire de l'artisan. Un savoir-faire qu'il aime transmettre, secondé en cuisine par Lorette. Côté salle, Lydie nous délivre toujours avec élégance et sincérité les surprises gourmandes du chef. Car Jean-Claude ne laisse jamais reposer son imaginaire dans les placards. Rigoureux, voire perfectionniste, il aime le bon et le beau. Sa cuisine respecte cette idée. Avec la mise en bouche (mini- tièles et poivrons marinés), Lydie offre l'apéritif provençal de son Vaucluse natal (vin rosé, alcool de pêche, abricot). Place ensuite à la dégustation. Ici, pas de menus, mais une carte du mois aux mille saveurs.

Un festival gustatif. Pour commencer, on peut choisir les blinis de maïs et coeurs d'artichauts croquants, le croustillant de caviar d'aubergine et sa sucette de parmesan, l'escalope de foie gras aux figues caramélisées et pignons de pin... Côté mer, on savoure avec un égal appétit, la poêlée de Saint-Jacques à la citronnelle, le dos de turbot grillé et beurre de pistache au pistil de safran, la plancha de gambas géantes, crème d'ail à la coriandre. Côté terre, un magret de canard laqué au gingembre et au miel, un mignon d'agneau à l'ail confit au sirop d'érable, ou encore un désossé de pigeonneau en caramel d'épices et noix de cajou. La cave à vins régionale de La Salicorne accompagne parfaitement tous ces mets. Jusqu'aux douceurs. Tentez donc la tulipe d'ananas rôti au vieux rhum et mojito glacé...

 
Christophe BIDJARANO
Photos Alexis BETHUNE

La Salicorne, 9 rue Alsace-Lorraine, Aigues-Mortes (Gard). 04 66 53 62 67. Ouvert le soir (sauf mardi) et le dimanche midi. Ticket moyen à la carte compris entre 50 € et 60 €.

Cliquez ici pour localiser le restaurant.

Donnez votre avis sur cette table en cliquant ci-dessous sur "Commentaires".

18:00 Publié dans Aigues-Mortes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : Semi-gastro